L’inconscient est structuré comme un langage

Selon Lacan, non seulement les symptômes mais aussi l’inconscient sont structurés comme un langage. Les formations de l’inconscient (rêves, lapsus, actes manqués, symptômes) ont en commun d’être des constructions langagières. Comme les hiéroglyphes ou les rébus, ils sont lisibles, à condition qu’on se détache du sens des images et qu’on écoute leur enchaînement phonétique. Les désirs interdits, pour s’exprimer, utilisent la condensation et le déplacement – mécanismes qui correspondent aux figures langagières que sont la métaphore et la métonymie.

Dans un rêve, par exemple, un désir interdit va utiliser un élément phonétique commun entre deux noms pour se déplacer d’une personne vers une autre.