Paroles de guérison

Les paroles sont des pierres, selon le philosophe Nietzsche.

Elles sont en tout cas plus lourdes et plus efficaces que les comprimés proposés par les neurosciences et l’industrie pharmaceutique. Les paroles sont des médicaments qui peuvent guérir, ou des malédictions qui peuvent nous faire tomber malades, exactement comme une pierre peut nous tomber dessus, nous blesser, nous tuer. La malédiction est une lapidation : « Lapidiction ». La cure est une bénédiction, une caresse par la parole.

L’action de la psychanalyse se fonde sur la puissance de la parole : celle-ci possède une force qui peut être mise au service de la guérison. Pour cela, il est essentiel de pouvoir faire émerger notre parole singulière grâce à un travail analytique.

La parole du névrosé est bâillonnée, elle sonne faux, elle semble morte. Néanmoins, elle exprime des transgressions à l’encontre d’un ordre négatif. Faute de réaliser l’ordre du symbole d’une façon vivante, le sujet réalise des images désordonnées qui en sont le substitut.